L’interdiction de vapoter dans les prisons américaines en question

Amy Brady, la responsable du centre de détention du Comté de Henderson dans l’état du Kentucky souhaite que la commission de la ville revienne sur une décision relative au vapotage. Adoptée en juin dernier, cette nouvelle réglementation interdit de fumer des cigarettes électroniques dans les endroits publics de la ville. Et la prison en fait partie.

Pour Amy Brady, qui souhaite que la cigarette électronique soit autorisée dans sa prison, les raisons de contester cette nouvelle règle ne manquent pas.

Tout d’abord, l’aspect financier doit être pris en compte. L’année passée, 16 000 e-cigarettes ont été vendues aux détenus au prix unitaire de 13 $ environ. L’arrêt des ventes de e-cigarettes aux prisonniers va conduire à une réduction importante des ressources de l’établissement. Brady déclare que la majorité des revenus générés par la vente des cigarettes électroniques permet de venir en aide directement aux détenus en créant des programmes de lutte contre la toxicomanie. L’argent récolté permet également d’alimenter un fonds d’aide sociale. Celui-ci a pour but d’accompagner les détenus lors de leur sortie de prison.

Toutefois, Brady souligne que la principale motivation pour autoriser l’usage de la e-cigarette dans les centres pénitenciers n’est pas l’aspect financier. La présence de la cigarette électronique présente en effet d’autres avantages.

La e-cigarette dans les prisons a été spécialement conçue de manière à ne pouvoir contenir que de la nicotine. Il est impossible d’y introduire une autre substance comme des stupéfiants. Ainsi, cela limite la propagation des drogues dans l’établissement.

La e-cigarette, un moyen de conserver le calme dans les prisons américaines

La majorité des prisonniers présente une dépendance à la nicotine. Aussi la cigarette électronique est également un moyen de ne pas provoquer de sensation de manque. Cette sensation agirait sur le moral des prisonniers, et pourrait provoquer des tensions et des conflits.

Enfin, la cigarette électronique est également utilisée comme un outil de négociation. Les prisonniers qui causent des problèmes se voient confisquer leur vapoteuse. A l’inverse, ceux dont la conduite est exemplaire peuvent la conserver.

Brady espère ainsi que la commission de la ville de Henderson va assouplir les conditions d’application de la loi. Et de ce fait permettre aux détenus de continuer à vapoter.

Jean-Pascal

Jean-Pascal est le scientifique de l’équipe BlogVape. Ancien journaliste médical, il a trouvé dans la vape un moyen d’arrêter de fumer qu’il souhaite désormais transmettre.