Vapoter – Fumer : quelles différences ?

    Commençons simplement par des définitions de vapoter – fumer :

    Vapoter : c’est inhaler de la vapeur qui provient d’une cigarette électronique. Fumer : c’est inhaler la fumée dégagée par une substance à base de tabac qui a brûlé.

    Par comparaison à la combustion du tabac, la cigarette électronique va venir vaporiser un e-liquide. Ces e-liquides sont généralement constitués de composés alimentaires, comme la glycérine végétale, le propylène glycol ou les arômes, qui ne posent pas de risques pour la santé. La nicotine qui peut être présente dans les cigarettes électroniques reste un produit addictif mais avec les e-liquides, vous pourrez choisir le dosage de nicotine que vous souhaitez en fonction de vos besoins pour ne pas ressentir de situation de manque.

    On a donc d’une part une combustion et d’autre part une production d’un aérosol que l’on qualifie de vapeur. La vapeur de la e-cigarette est formée de particules gazeuses suite à la vaporisation du e-liquide. Pour les e-liquides à base de popylène glycol, 95% de ces particules disparaissent dans l’air dans la minute qui suit. Il n’y a pas de composant cancérogène, de monoxyde de carbone ou de particules solides dans la vapeur, à l’inverse de la fumée de cigarettes.

    Les produits du tabac contiennent de nombreux additifs qui, une fois brûlés, s’avèrent toxiques. Le tabagisme aurait ainsi fait plus de 100 millions de morts dans le monde. Les cancérogènes sont à l’origine des cancers du tabac. Le monoxyde de carbone et les particules fines vont augmenter les risques cardio-vasculaires. En plus, les particules solides de la fumée de cigarette risquent de pénétrer votre organisme et de s’installer dans vos bronches et vos poumons même si vous ne fumez pas. A l’inverse, les risques liés au vapotage passif seraient 100 fois moins élevés. La cigarette électronique permettrait ainsi de réduire les risques de graves pathologies.

    Différences en termes de ressenti

    Avec la vape, vous allez pouvoir mettre derrière vous les odeurs de tabac froid, la toux, le manque de goût ou d’odorat. Pas de combustion, donc pas de goudron, pas d’odeur désagréable : uniquement de la vapeur aromatisée très légèrement parfumée. Et vous gardez la même gestuelle et conservez l’apport en nicotine ce qui rend le sevrage plus facile. Un vapoteur retrouve au bout de quelques semaines (voire quelques jours pour les plus chanceux) son souffle, son appétit, le goût, son teint est moins gris et les infections respiratoires chroniques diminuent !