La commission d’experts rend son rapport pour l’élaboration de la TPD

 La commission d’experts rend son rapport pour l’élaboration de la TPD

La Tobacco Products Directive (TPD) définit les règles qui régissent la vente et la fabrication du tabac mais également des produits de vape dans l’Union Européenne. La révision de cette réglementation est prévue pour mai 2021. Pour élaborer au mieux cette nouvelle mouture, la communauté européenne a mandaté un comité scientifique pour établir des préconisations. Leur rapport vient d’être rendu publique. Malheureusement les conclusions ne sont pas favorables à la vape et nombreuses zones d’ombre existent encore. Au final, ce rapport n’apporte pas une aide constructive.

Les experts du comité scientifique ont étudié différentes publications relatives à la vape écrites entre 2015 et 2019. Toutefois, la grande majorité des articles étudiés par cette commission provient de groupes de recherche américains. Or, les produits de vape commercialisés aux Etats-Unis sont soumis à des contrôles nettement moins stricts que ceux vendus dans l’Union Européenne.

tpd

Le comité reconnaît également que la vape semble une bonne solution pour arrêter avec le tabac. Toutefois, le nombre d’études portant sur l’impact du vapotage dans le sevrage tabagique est trop faible pour servir de preuves irréfutables d’après eux.

 

Les conclusions les plus marquantes du rapport

Le rapport issu du comité scientifique pointe du doigt les arômes des e-liquides. Selon les experts, les parfums ont tendance à attirer les jeunes mais également les adultes. De plus, les saveurs donnent « une impression que le vapotage est une pratique sans danger ».

Le document s’attarde également sur l’impact de la vape sur le sevrage tabagique. Après analyses des différentes données, il s’avère que les fumeurs ont tendance à solliciter moins l’aide de professionnels de la santé pour arrêter la cigarette. Le sevrage à l’aide de médicaments a chuté de 14,6 à 11% entre 2012 et 2017. En parallèle, les produits de vape sont devenus des alternatives anti-tabac pour 9,7% des fumeurs en 2017 contre 3,7 % en 2012.

L’autre point que la commission a examiné avec attention est l’influence de la vape sur la santé des consommateurs et de leur entourage. Après analyse des différentes publications, le rapport indique qu’il n’est pas possible de trancher avec certitude sur la dangerosité de la vape. En effet, les effets à long terme ne sont pas connus, même si la communauté scientifique est d’accord pour affirmer que la vape est moins dangereuse que la cigarette.

Victoria

Victoria est une amatrice passionnée de vape depuis les premiers mods mécaniques. Elle apporte à BlogVape son expertise juridique sur la vape en France et ailleurs.

Copy link
Powered by Social Snap