Les cigarettes light à l’origine d’une augmentation des cancers du poumon

Aux Etats-Unis, 36 millions de personnes fument des produits du tabac. Il y a eu une baisse du tabagisme notable sur les dernières décennies. Seuls 15 % des Américains de plus de 15 ans sont aujourd’hui fumeurs, contre 42 % en 1965. Mais 40% des cancers diagnostiqués dans le pays sont liés au tabac.

Et chaque année aux Etats-Unis, 500 000 décès prématurés sont causés par le tabac.

Une étude s’appuyant sur les travaux de 5 centres de recherche sur le Cancer aux Etats-Unis est récemment parue dans la revue du National Cancer Institute. Elle a conclu que la consommation de cigarettes dites légères, avec des filtres ventilés, serait à l’origine de l’augmentation du cancer de type adénocarcinome sur les cinquante dernières années.

Ce cancer qui se développe en profondeur dans les poumons est aujourd’hui le plus commun chez les fumeurs. Les résultats de cette étude confirment ce que des chercheurs craignaient. Et s’opposent très nettement à l’affirmation de l’industrie du tabac. En effet, selon les fabricants de tabac, les cigarettes « légères » seraient moins dangereuses pour la santé.

Les filtres ventilés, percés de trous, ont été mis sur le marché il y a plus de 50 ans. « L’analyse […] suggère clairement un lien entre le nombre de trous ajoutés dans les filtres des cigarettes et un accroissement du taux d’adénocarcinomes du poumon au cours des vingt dernières années », pointe le Dr Peter Shields, directeur adjoint du centre de recherche sur le cancer de l’Université d’Ohio, l’un des auteurs.

Ainsi, les filtres ventilés des cigarettes light font inhaler davantage de fumée dont les taux de cancérigènes et d’autres toxines sont plus concentrés.

 « Ces filtres modifient la combustion du tabac. Ce qui produit plus de cancérigènes sous forme de particules fines qui atteignent les parties les plus profondes des poumons où se développent le plus souvent les adénocarcinomes« , explique aussi le Dr Shields.

La nécessité de réglementer le marché du tabac

Les chercheurs espèrent que les résultats de cette étude sauront convaincre la FDA américaine (Food and Drugs Administration). Selon les chercheurs, il est nécessaire de réglementer, voire de totalement interdire, les filtres ventilés.

Enfin, ils pensent également que de nouvelles études doivent être menées. Elle porteraient notamment sur l’élimination des trous dans les filtres. Le but de ces travaux serait d’analyser si cette suppression ne causerait pas une augmentation de la dépendance nicotinique. Ou une exposition accrue à des agents toxiques.

Pauline

Pauline est connue à BlogVape pour son palais. Amatrice d’e-liquides rares et pro du marché, elle vape avant-tout pour les saveurs.