Interdiction totale des e-cigarettes à Singapour

A Singapour, les systèmes électroniques d’administration de nicotine (ENDS) comme les cigarettes électroniques, les pipes ou cigares électroniques sont interdits par la loi de Contrôle des Produits du Tabac. De manière plus générale, cette législation interdit l’importation, la distribution, la vente ou l’offre à la vente de tout produit qui :

  • ressemble ou qui est conçu pour ressembler à un produit du tabac ;
  • est capable d’être fumé ;
  • peut être utilisé de telle façon qu’il permet d’imiter le fait de fumer ;
  • dont le conditionnement ressemble ou est conçu pour ressembler au conditionnement généralement associé aux produits du tabac.

Interdiction des e-cigarettes à SingapourTout personne contrevenant la loi fera face à la plus grande fermeté de la part des autorités singapouriennes. Les délinquants pourront être condamnés à une peine allant jusqu’à 10 000 dollars d’amende ou 6 mois de prison, voire les 2. Pour les récidivistes, ce sera une peine allant jusqu’à 20 000 dollars ou 12 mois de prison ou les 2. A titre d’exemple, trois personnes ont été condamnées à un total de 28 000 dollars en juillet 2016 pour l’achat et la revente illégale de vaporisateurs à Singapour. Leur inventaire d’une valeur estimée à 10 000 dollars a également été saisi.

L’interdiction concerne aussi la vape

Et cette interdiction ne concerne pas seulement l’importation ou la vente de vaporisateurs. Le simple fait de vaper est aussi visé. Ainsi, des visiteurs étrangers qui souhaitent par exemple voyager avec leur propre cigarette électronique seront considérés comme des contrevenants. Vapoter des e-cigarettes qui ont été acheté à l’étranger est en effet illégal.

Samuel Seow, un directeur d’un cabinet d’avocats de Singapour l’explique plus précisément : « selon le Ministère de la Santé, le fait d’acheter des e-cigarettes sur internet auprès de marchands étrangers ou d’amener sa propre e-cigarette dans ses bagages à Singapour est considéré comme une importation, et est donc illégal, même si la e-cig est destinée à votre usage personnel.”

Pour les particuliers en possession de vaporisateurs, l’amende peut s’élever à 5 000 dollars pour une première condamnation. S’il ne s’agit pas d’une première condamnation, l’amende peut monter à 10 000 dollars. De plus, toute personne arrêtée pour vapotage dans une zone non-fumeur fera en plus l’objet d’une amende. Exactement comme si elle fumait une vraie cigarette.

Jean-Pascal

Jean-Pascal est le scientifique de l’équipe BlogVape. Ancien journaliste médical, il a trouvé dans la vape un moyen d’arrêter de fumer qu’il souhaite désormais transmettre.