Les assureurs britanniques placent cigarette et vapoteuse au même niveau

L’usage de la cigarette électronique est en plein essor depuis quelques années au Royaume-Uni. Près de 3 millions d’anciens fumeurs sont ainsi passés des produits du tabac aux produits de la vape. Si plusieurs études ont révélé une toxicité moindre de l’e-cigarette par rapport à la cigarette traditionnelle – on retiendra notamment l’étude de Public Health England publiée en 2015 qui a conclu que la e-cigarette était à 95% moins dangereuse que les cigarettes tabac -, les compagnies d’assurance britanniques ne semblent pas partager ce point de vue.

Fumer et vapoter : deux pratiques équivalentes ?

Dans un article du Sunday Post, on découvre en effet que fumer et vapoter seraient des pratiques équivalentes aux yeux des assurances, alors que les risques sanitaires encourus sont bien différents. Ainsi, les assureurs britanniques placent cigarette et vapoteuse au même niveau. Les fumeurs comme les vapoteurs britanniques doivent ainsi régler une prime supplémentaire auprès de leur assurance santé. Seuls les non-fumeurs et non-vapoteurs en sont exonérés.

Le site de comparateur Gocompare.com estime, par exemple, qu’un fumeur ou un vapoteur de 40 ans paie environ 34£ d’assurance maladie par mois, contre 16£ pour un non-fumeur, soit plus de deux fois moins cher.

Linda Bauld, professeur à l’Université de Stirling, dénonce une injustice envers les vapoteurs. Ces derniers, malgré leurs efforts pour arrêter de fumer, sont en effet « punis » au même titre que les fumeurs. Elle estime même que ce dispositif « financièrement punitif » pourrait les inciter à fumer de nouveau. Le chef de file de l’association New Nicotine Alliance, Andy Morrisson, partage cet avis. Il considère ce dispositif comme une « arnaque » à l’encontre des usagers de l’e-cigarette, pourtant reconnue comme moins nocive.

Assureurs britanniques placent cigarette et vapoteuse au même niveauMalcolm Tourling, porte-parole de l’Association des assureurs britanniques, se défend de ces accusations. Il estime que, malgré l’arrêt du tabac chez les vapoteurs, les risques du tabagisme pour la santé perdurent durant des années.

Les antécédents du tabagisme ne pourraient donc être exclus du contrat d’assurance, au même titre que le tabagisme actif.

Pauline

Pauline est connue à BlogVape pour son palais. Amatrice d’e-liquides rares et pro du marché, elle vape avant-tout pour les saveurs.