Fumer occasionnellement n’est en rien inoffensif

cancer cellUne nouvelle étude publiée dans Cancer Cell, vient de confirmer les dommages provoqués par le tabagisme sur nos poumons. Celle-ci met en évidence des modifications, dès 10 jours d’exposition au tabac. Elle apparaissent sur nos cellules pulmonaires, les prédisposant à développer un cancer.

Si cette étude porte sur des fumeurs réguliers, il semblerait utopiste de penser que les fumeurs occasionnels ne risquent rien. Récemment, le docteur Richard Russell a tenu a interpeller les consommateurs sur les risques du tabagisme, même occasionnel. Ce conseiller à la British Lung Fundation, s’appuyant sur une étude de l’université de Bristol, rapporte qu’une cigarette diminuerait l’espérance de vie de 11 minutes.

Ce médecin britannique en appelle donc au bon sens. Pour lui, la seule façon de préserver sa santé est de ne jamais fumer. À ceux qui se donnent bonne conscience en ne fumant qu’en soirée, considérant ainsi qu’ils ne sont pas de « vrais » fumeurs, mieux vaut abandonner cette mauvaise habitude.

 

Des poumons sensibilisés à chaque cigarette fumée

Quelle que soit la fréquence de votre consommation de cigarette, le risque encouru pour la santé n’est pas anodin. Le principal risque est un affaiblissement de vos poumons avec davantage de risques de développer des infections. Or, si les non-fumeurs parviennent à lutter efficacement contre les infections pulmonaires, les symptômes sont plus tenaces chez les fumeurs.

fumer tue

Concernant le risque de développer un cancer, le Dr Russell tient à préciser qu’il est moindre chez les fumeurs occasionnels que chez des fumeurs réguliers. Pour autant, il est primordial de ne pas négliger l’impact de la cigarette sur notre ADN. En effet, celle-ci prédispose nos cellules à être atteintes d’un cancer. Une étude, menée par des chercheurs de l’Institut Welcome Trust’s Sanger, a d’ailleurs mis en évidence un affaiblissement significatif des cellules. Cet affaiblissement apparaîtrait même avec une faible consommation de 4 à 5 paquets de cigarettes dans une vie.

Pour dissuader les fumeurs de poursuivre cette consommation délétère, le Dr Russell précise qu’en plus de sensibiliser les poumons et notre ADN, le tabac a un impact négatif sur notre peau. Fumer entraînerait ainsi un vieillissement prématuré de 10 à 20 ans, et multiplierait par trois le développement des rides.