Les drogues synthétiques, une menace pour la vape en Nouvelle-Zélande

L’apparition d’e-liquides à base de drogues de synthèse inquiète les autorités en Nouvelle-Zélande. Parfaitement illégaux, des produits fabriqués à partir de cannabinoïdes ont déjà causé de graves problèmes de santé. L’utilisation de la cigarette électronique amplifie en effet de manière extrêmement dangereuse les effets du THC.

WDHB logoL’organisation de santé néo-zélandaise Waitemata District Health Board (WDHB) tire aujourd’hui la sonnette d’alarme. La consommation de drogues de synthèse via l’e-cigarette constitue une menace sérieuse pour la santé des utilisateurs. Le risque sanitaire est considéré comme sérieux, en raison notamment des mélanges hasardeux et toxiques réalisés par les revendeurs.

Selon le porte-parole de l’organisation, Samuel Andrews, la consommation de cannabinoïdes en e-liquide a des conséquences désastreuses. Réduits en poudre puis dilués pour être vapotés, ces produits sont alors bien plus dangereux que du cannabis classique. Les effets de ces mélanges artisanaux peuvent leur être cent fois supérieurs. Face à un tel danger, il est recommandé de n’utiliser que les e-liquides vendus dans le commerce.

 

Des produits dangereux et illégaux

nouvelle-zélande auckland

La police d’Auckland a saisi récemment plusieurs lots d’e-liquides constitués de cannabinoïdes concentrés. Très nocifs, ces produits ont entraîné l’hospitalisation de personnes complètement désorientées suite à leur utilisation. D’une grande puissance, leur effet addictif est comparable à celui provoqué par l’héroïne.

D’après Samuel Andrews, il s’agit là d’un risque majeur pour la santé publique. Des cas d’overdose et des morts suite à des comportements erratiques sont déjà survenus en Nouvelle-Zélande. Les autorités redoutent à présent de voir ce phénomène inquiétant se développer dans les mois à venir.

En France, un premier cas similaire a été observé avec l’e-liquide baptisé « buddha blues » en Bretagne. Il est important pour les organismes de santé et les autorités de mettre un terme rapidement à ces pratiques. Un amalgame pourrait sinon être fait entre les utilisateurs de cigarettes électroniques et les consommateurs de drogues synthétiques. Fort heureusement, ce phénomène demeure très marginal à l’heure actuelle.

Pauline

Pauline est connue à BlogVape pour son palais. Amatrice d’e-liquides rares et pro du marché, elle vape avant-tout pour les saveurs.