Étude : la vape n’altère pas les capacités respiratoires

 Étude : la vape n’altère pas les capacités respiratoires

farnoud surfactant pulmonaireAmir Farnoud de l’Université d’Ohio a démontré que les dispositifs de vape sont moins nocifs que les cigarettes conventionnelles. La méthodologie utilisée ainsi que les résultats de ses recherches ont été publiés dans la revue internationale « Respiratory Research » fin 2017. Pour mener à bien cette étude, ce chercheur spécialisé en génie chimique et en biomolécules s’est intéressé à l’effet du vapotage sur le surfactant pulmonaire.

Cette substance constituée majoritairement de lipides et de protéines a la propriété d’être tensioactive et lubrifiante. Cette fine couche protectrice a pour rôle de réduire les tensions sur la paroi des alvéoles pulmonaires. Ainsi, elle facilite leur dilatation. La qualité du surfactant pulmonaire va donc jouer sur l’efficacité du transport de l’oxygène des poumons vers la voie sanguine.

En raison de leurs petites tailles, les particules contenues dans les vapeurs de e-cigarettes peuvent pénétrer profondément dans les poumons. Le surfactant pulmonaire, indispensable pour une bonne oxygénation des organes, est par voie de conséquence un très bon candidat pour déterminer l’impact de la vape sur la santé.

 
 

Aucun effet des aérosols des produits de vape sur le surfactant pulmonaire

Pour cette étude, Farnoud et son équipe ont utilisé des extraits de surfactant pulmonaire de veaux. Ces échantillons ont été exposés aux aérosols obtenus à partir de différents arômes (tabac, baies et menthe). Le choix des saveurs est crucial pour quantifier la dangerosité des e-cigarettes. En effet, Amanda Dickinson, chercheuse à l’Université de Virginie a publié récemment que la nocivité des e-liquides dépendait des arômes utilisé.

Les expériences scientifiques menées par Farnoud ont montré que le goudron des cigarettes brûlé à proximité des extraits pulmonaires de veau induisait des dommages sur les tissus cellulaires. Le surfactant perdait alors sa capacité à réduire la tension superficielle. En revanche, la vapeur induite par des e-cigarettes n’entraînait aucune modification notable des propriétés protectrices du surfactant pulmonaire.

Ces résultats tendent à prouver que le vapotage n’altère pas les fonctions respiratoires des fumeurs. Toutefois, le Dr Farnoud souligne que cette étude ne démontre pas une totale innocuité sur le long terme.

Jean-Pascal

Jean-Pascal est le scientifique de l'équipe BlogVape. Ancien journaliste médical, il a trouvé dans la vape un moyen d'arrêter de fumer qu'il souhaite désormais transmettre.

Copy link
Powered by Social Snap