Une nouvelle étude apporte (encore !) la preuve de l’innocuité de la vape

 Une nouvelle étude apporte (encore !) la preuve de l’innocuité de la vape

Photo : Vaping360

Depuis une décennie, les scientifiques s’efforcent de démontrer l’innocuité du vapotage par rapport au tabagisme. Jusqu’alors, les données attestant que la vape présente 95 % de risque de moins n’avaient pas suffit aux plus sceptiques. Les résultats d’une nouvelle étude viendront peut-être atténuer les doutes restants autour de ce dispositif.

Deux universités américaines de Pennsylvanie et de Virginie ont ainsi comparé l’usage de la vape à celui de la cigarette traditionnelle. Plus de 500 participants ont ainsi pris part à cette étude sur une durée de 5 ans. Ces fumeurs se sont vu proposer l’utilisation de la vape, avec des e-liquides à différentes teneurs en nicotine. Ils pouvaient ainsi recevoir du e-liquide sans nicotine, avec 8mg/ml ou 36 mg/ml. Le groupe placebo utilisaient, lui, un tube en plastique, mimant simplement le geste du vapotage.


La vape : un moyen de sevrage dénué de risque pour la santé

Les résultats de cette étude paraîtront prochainement dans The Lancet Repiratory Medicine, mais leurs grandes lignes sont déjà connues. Caroline O. Cobb, son auteure principale, rapporte ainsi une efficacité indéniable de la vape pour le sevrage tabagique. En effet, le recours au vapotage permettrait de réduire le tabagisme actif, même chez des fumeurs de longue date.

Mieux encore, la vape dosée à même teneur en nicotine que la cigarette présenterait moins de risque cancérigène. Évidemment, les participants qui utilisaient un tube ne délivrant aucun aérosol ont vu leur santé s’améliorer grâce à la réduction de leur consommation. Mais ceux qui utilisaient la vape à la place de certaines cigarettes également. En 24 semaines, leur taux de carcinogène spécifique du tabac (NNAL) était réduit significativement, même avec un fort taux de nicotine dans leur e-liquide. Une preuve que c’est bien la combustion qui est à l’origine des risques cancérigènes chez les fumeurs et non la teneur en nicotine.

Caroline O. Cobb précise toutefois que le sevrage par le biais du vapotage n’est pas à la portée de tous. Il sous-entend une motivation intrinsèque, où le fumeur est déterminé à réduire sa consommation tabagique. Avant toute chose, il convient donc de mettre l’accent sur les risques du tabagisme afin d’accroître leur volonté de le réduire.

Jean-Pascal

Jean-Pascal est le scientifique de l'équipe BlogVape. Ancien journaliste médical, il a trouvé dans la vape un moyen d'arrêter de fumer qu'il souhaite désormais transmettre.

Copy link
Powered by Social Snap