Les vapofumeurs auraient plus de mal à arrêter la cigarette

Une nouvelle étude de la Kingston University de Londres* a déterminé que les personnes qui vapotent et fument en même temps (les « vapofumeurs ») auraient davantage de difficultés à arrêter de fumer car ils ne se considèrent plus comme des fumeurs.

L’étude se base sur des données rassemblées par des étudiants en psychologie de dernière année de cette même université. Elle s’est focalisée sur un groupe de 20 vapofumeurs. Son but : chercher à mieux comprendre les raisons principales pour lesquelles on va commencer la e-cigarette. Les chercheurs ont également étudié les différences d’expérience entre le fait de fumer et le fait de vapoter.

Les personnes qui se mettent à la e-cigarette pour remplacer les produits classiques du tabac le font principalement pour des raisons financières, des raisons de santé, mais aussi pour pouvoir vapoter là où fumer est interdit. L’influence de l’entourage joue aussi un rôle important. Le vapotage est généralement considéré comme « cool » et plus socialement acceptable que le fait de fumer.

Les vapofumeurs tiennent absolument à se différencier des fumeurs. 

Un participant par exemple a expliqué qu’il se vexerait si on le considérait comme un fumeur. Un autre a indiqué qu’il se considérait comme un vapoteur parce que c’était mieux vu. Pourtant, les deux continuaient à fumer des cigarettes tabac.

Pour le Docteur Tushna Vandrevala, maître de conférences à la Kingston University de Londres et co-auteur du rapport, « les personnes qui fument uniquement des cigarettes et souhaitent se dissocier de l’image négative du fumeur ont tendance à arrêter complètement. Par contre, ceux qui continuent à fumer alors qu’ils vapent se dissocient complètement de l’image négative du fumeur traditionnel. Ils considèrent qu’ils sont devenus une meilleure version d’eux-mêmes et que leur santé s’en trouve améliorée. Ils se trouvent donc dans une posture intermédiaire ».

Une forte influence de l’environnement

Pour le Professeur Adrian Coyle, à la tête du département de psychologie sociale de la Kingston University qui a co-écrit cette étude, un autre point est inquiétant. L’attitude des vapofumeurs dépend également des personnes avec qui ils se trouvent et de leur environnement. « Les vapofumeurs se trouvent dans une position de quasi-fumeur et quasi-vapoteur, selon qu’ils se trouvent avec des fumeurs ou des vapoteurs ».

Et comme les vapofumeurs ne se considèrent plus vraiment comme des fumeurs, ils ont plus de difficultés à arrêter de fumer.

Au Royaume-Uni, les dernières données communiquées par ASH indiquent que le nombre de vapofumeurs est passé de 2.7% en 2010 à 17.6% en 2014 et à 19.4% en 2016. Pour le Dr. Vandrevala, le nombre croissant de vapofumeurs ainsi que les résultats de cette étude indiquent que de nouvelles recherches dans ce domaine seraient nécessaires.


* Tushna Vandrevala, Adrian Coyle, Victoria Walker, Joshelyn Cabrera Torres, Izobel Ordoña, Panna Rahman
‘Une bonne méthode pour arrêter de fumer’ ou ‘simplement une alternative à la cigarette tabac’ ? Evaluations comparées de la e-cigarette et de la cigarette tabac chez les vapofumeurs
Publié dans Health Psychology Open, 2017

Pauline

Pauline est connue à BlogVape pour son palais. Amatrice d’e-liquides rares et pro du marché, elle vape avant-tout pour les saveurs.