La vape : « outil phénoménal » pour arrêter de fumer

vapeSi le lien entre tabagisme et développement d’un cancer (gorge, poumon, etc.) est scientifiquement prouvé, rares sont les fumeurs à parvenir à se sevrer par leur seule volonté. Le sevrage tabagique est une démarche longue, dans laquelle le fumeur doit être accompagné pour maximiser ses chances de réussite.

Alors que les médecins déplorent une recrudescence de cancers, l’arrêt du tabac serait l’un des moyens de préventions les plus efficaces. Le docteur Alex Bobak, spécialiste du sevrage tabagique à Wandsworth (Royaume-Uni), avertit toutefois ses confrères sur la nécessité d’éviter la confrontation directe avec le fumeur.

vape wandsworthWandsworth

Pour permettre le succès du sevrage, il est inutile de demander frontalement à un fumeur d’arrêter sa consommation. Celui-ci risque, en effet, de se retrancher dans un déni et d’échouer dans sa tentative d’arrêt du tabac. Il est donc du devoir des médecins de proposer un programme de soin complet, associant le recours à un conseiller spécialisé et des moyens pharmacothérapiques adaptés.

 

La vape comme aide au sevrage tabagique

RCGPLors de la dernière conférence annuelle du RCGP (Royal College of General Practitioners), les médecins se sont penchés sur la question de l’usage de la vape dans le sevrage tabagique. Ce dispositif a pourtant longtemps été au coeur de polémiques, perçu par certains spécialistes comme une porte d’entrée au tabagisme, notamment chez les plus jeunes.

Pour l’heure, un consensus semble établi autour des bienfaits de la cigarette électronique. Celle-ci ne serait utilisée que par les fumeurs et les anciens fumeurs, comme moyen de compenser leur consommation de tabac. De plus, les études s’accordent à dire qu’elle présente un danger moindre pour la santé, même si le recul est insuffisant pour connaître les éventuels risques à long terme. Aujourd’hui, le docteur Bobak pense que la vape est « un outil phénoménal pour arrêter de fumer, simplement parce que les fumeurs l’aime ».

Pour autant, selon le Docteur Linda Bauld, professeur de politique de la santé à l’Université de Stirling, les résultats de l’e-cigarette sur la santé des anciens fumeurs ne seraient probants qu’en cas d’arrêt total du tabac.

La vape semble donc être une solide alternative à la cigarette traditionnelle, appréciée par ses consommateurs et aux risques minimes pour leur santé. Avec le Mois Sans Tabac en ce moment, c’est plus que jamais l’occasion d’arrêter de fumer.

Jean-Pascal

Jean-Pascal est le scientifique de l’équipe BlogVape. Ancien journaliste médical, il a trouvé dans la vape un moyen d’arrêter de fumer qu’il souhaite désormais transmettre.