La vape : 10 ans d’études et des millions de vies en jeu

vapeDepuis sa mise sur le marché en 2004, la vape est controversée. Produit miracle pour certains, elle suscite l’inquiétude chez ses détracteurs. Pourtant les études récentes montrent que ce substitut de la cigarette classique ne présente que des avantages.

Le premier prototype de cigarette électronique remonte à 1927. Joseph Robinson enregistre le premier brevet portant sur un dispositif pour inhaler des médicaments. Après différents essais infructueux de commercialisation au cours du 20ème siècle, la e-cigarette utilisée pour fumer connaît finalement son premier succès en Chine en 2004.

Cette invention a d’abord été décriée voire jugée ridicule. Mais devant l’engouement des consommateurs dans le monde, des chercheurs se sont penchés sur les effets possibles de la vape la santé. Des laboratoires indépendants mais également financés par l’industrie du tabac sont parfois arrivés à des conclusions contradictoires. Toutefois, après une décennie de recherche, les résultats convergent.

vape

 

Les récentes études prouvent l’impact bénéfique de la e-cigarette

L’année 2015 aurait pu être fatale pour la e-cigarette. Une équipe de recherche de l’université de Portland avait publié que le vapotage était 5 à 15 fois plus nocif que le tabagisme. Quelques mois plus tard, Konstantinos Farsalinos, un chercheur grec avait montré que cette conclusion était erronée.

En 2017, le professeur Robert West de l’University College London a analysé les urines et la salive de 200 volontaires. Les consommateurs exclusifs de e-cigarettes présentaient des taux de substances cancérigènes nettement plus faibles que les fumeurs de cigarettes traditionnelles. Ainsi, la quantité de nitrosamines, responsables du cancer du poumon, est réduite de 97%. Ces données indiquent que vaper au lieu de fumer pourrait limiter considérablement la probabilité de développer un cancer.

Une étude publiée dans la revue Tobacco Control montre qu’un usage plus étendu de la vape pourrait sauver 6,6 millions d’Américains d’ici 2100. Aujourd’hui en France, près du tiers de la population fume. Pourtant, aucune compagne nationale pour inciter les fumeurs à lutter contre leur addiction au tabac par la vape n’a été menée. Les opposants à la vape pensent qu’elle pourrait favoriser la consommation du tabac, particulièrement chez les jeunes. Or, les sondages montrent que 98% des vapoteurs sont d’anciens fumeurs.

Jean-Pascal

Jean-Pascal est le scientifique de l’équipe BlogVape. Ancien journaliste médical, il a trouvé dans la vape un moyen d’arrêter de fumer qu’il souhaite désormais transmettre.