Le paquet à 10 euros : la réaction des buralistes

Après avoir subi une hausse en novembre, il est prévu que le paquet de cigarettes augmente d’un euro au mois de mars pour finalement coûter 10 euros en 2020. Cela inquiète bien évidemment les buralistes qui dénoncent une explosion du marché noir.

Selon Philippe Coy, président de la Confédération des buralistes de France, ce phénomène ne touche pas seulement les frontaliers mais tous les buralistes, des paquets de cigarettes à prix cassés étant en vente sur internet. Venu participer à l’assemblée générale de la chambre syndicale des buralistes des Deux-Sèvres qui a eu lieu le 28 janvier à Niort, il estime qu’un quart des paquets est aujourd’hui vendu sous le manteau.

Cette forte concurrence a causé la fermeture de 8 000 entreprises depuis environ 15 ans. Dans les Deux-Sèvres, ce sont 25 professionnels qui ont mis la clé sous la porte ces 5 dernières années. Ils ne veulent cependant pas être constamment dans la protestation mais ont décidé passer à l’action.

buralistes
Philippe Coy aux côtés d’Anne-Marie Barbat, présidente départementale, et de Jacky Réveillé, président de la fédération de l’Ouest. « Il faut s’émanciper du poids du tabac. »
© Photo Nouvelle République

Vers un vaste plan de transformation

Philippe Coy annonce une vaste transformation qui devrait permettre aux buralistes de devenir des « drugstores de la vie quotidienne des Français » dans les 5 ans qui viennent. Pour cela, il compte sur « un socle de 10 millions de clients par jour dont 42 % sont non-fumeurs ».

La diversification des bureaux de tabac a d’ailleurs déjà commencé. Par exemple avec le lancement des comptes Nickel qui connaissent un grand succès. De nombreuses autre pistes vont être explorées comme :

  • des offres de services aux collectivités telles que le paiement des factures de cantine
  • la création de points de contact entre agriculteurs et consommateurs dans les circuits courts
  • le développement des relais-poste
  • la multiplication des points-relais pour le commerce électronique…

L’objectif ? Ramener une clientèle de non-fumeurs vers les tabacs. Cela protégerait en conséquence les buralistes d’un très possible effondrement du marché.

Pauline

Pauline est connue à BlogVape pour son palais. Amatrice d’e-liquides rares et pro du marché, elle vape avant-tout pour les saveurs.