Le flop des paquets de cigarettes neutres

L’obligation de vendre des paquets sans aucune marque distinctive a été instaurée le 1er janvier 2017. Près d’un an et demi plus tard, il s’avère que cette mesure n’a eu quasiment aucune incidence sur la vente de cigarettes. Pourtant d’autres dispositions prises par l’État français par le passé avaient permis de diminuer de façon significative la consommation des fumeurs.

cigarettes

Dès 2001, des messages d’alerte mettaient en garde les consommateurs sur les dangers de la cigarette. Les paquets se sont ornés de phrases laconiques comme « Fumer provoque le cancer mortel du poumon » ou encore « Fumer crée une forte dépendance, ne commencez pas ». L’impact de cette mesure est certain. Une forte diminution du volume des ventes de tabac (34%)* a été observé durant cette période. Cependant, amorcée en 2001, la chute s’est stabilisée à partir de 2004.

En 2011, les avertissements écrits ont été accompagnés par des images chocs devant obligatoirement recouvrir au moins 40% de la surface du paquet. Mais des sociétés ont fleuré le filon et des étuis personnalisables ont été commercialisés pour masquer les photographies si dérangeantes. Les courbes des ventes présentent toutefois un fléchissement de l’ordre de 30%* indiquant un effet positif de cette mesure sur le mode de consommation des fumeurs.

 

L’échec des paquets sans logo sur les ventes de tabac

L’Australie est l’un des pays les plus répressifs concernant les cigarettes. En 2012, cette nation est la première à instaurer le paquet neutre. Entre 2010 et 2013, le pourcentage de jeunes fumeurs australien a chuté de 15,1% à 12,8%. Toutefois, le prix du tabac est probablement le frein le plus important pour les adolescents au pouvoir d’achat limité.

En France, depuis l’établissement des cigarettes anonymes début 2017, les ventes de tabac n’ont chuté que de 0,7%*. Une contreperformance pour une mesure qui avait pourtant suscité une levée de boucliers de la part des buralistes.

En novembre dernier, Agnès Buzyn, la ministre de la santé avait proposé d’interdire les cigarettes dans les films. Selon elle, montrer des acteurs en train de fumer inciterait la jeune génération à suivre ce mauvais exemple. Cette fois-ci les cinéphiles sont montés au créneau pour protester.

*d’après les chiffres de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT)

Jeremie

Jeremie est journaliste vape depuis plus de 5 ans dans la presse papier et en ligne. Toujours à l’affût des tendances, il a déjà testé des centaines de matériels.