Un copilote vape dans son avion et manque de le crasher

On en vante les mérites depuis quelques années, pour ses bienfaits par rapport au tabagisme sur la santé. Et pourtant, la cigarette électronique n’est pas totalement sans danger. Preuve en est avec un événement catastrophique s’étant récemment déroulé en Chine, indirectement déclenché par la vapoteuse.

Pourtant soumise aux mêmes restrictions que la cigarette en avion, un copilote n’a pas respecté l’interdiction d’utiliser sa vapoteuse. Souhaitant s’adonner à sa pause vape, ce copilote chinois a voulu se montrer discret en coupant le système de ventilation du cockpit. Il espérait ainsi ne pas éveiller les soupçons, évitant que la vapeur dégagée ne gagne la cabine.

copilote

Une erreur qui aurait pu tourner au drame

L’erreur étant humaine, c’est l’air conditionné qu’il a coupé, entraînant une diminution brutale du taux d’oxygène en cabine. Un système d’alarme s’est donc déclenché, obligeant le pilote de descendre à 3000 mètres d’altitude afin de rehausser le niveau d’oxygène, supposé trop bas, de l’appareil.

Aucun incident n’est à déplorer, si ce n’est une descente rapide de l’avion et une frayeur de ses passagers. Celui-ci a pu regagner ses 8000 mètres d’altitude, sans encombre, quelques minutes plus tard. Le copilote responsable, quant à lui, devra attendre la décision des autorités de l’aviation qui fixera son sort.

Rapporté par l’Administration chinoise de l’aviation civile (CAAC), cet événement ne fait que rappeler que les règles ne sont pas fixées sans raison. Un petit geste qui peut paraître anodin n’est ainsi pas toujours sans conséquences. Et ce ne sont pas les passagers de cet avion miraculé de la compagnie nationale qui diront le contraire !

À l’heure où la vapoteuse est encore fortement controversée, cet incident n’apparaît pas comme une publicité en sa faveur. Pourtant, rappelons que la réglementation autour du transport et de l’utilisation est formelle. Seul le respect de la loi peut ainsi garantir la sécurité de tous.