Étude : la vape, l’essayer c’est l’adopter !

Si la vapoteuse est désormais reconnue comme un dispositif de sevrage tabagique, il semblerait qu’elle soit bien plus que cela. Une étude britannique affirme que, même les fumeurs non désireux d’arrêter le tabac, se laisseraient convaincre par le vapotage.

Cette affirmation repose sur l’étude du comportement de quarante vapoteurs, interrogés sur leurs antécédents tabagiques. Ces derniers ont ainsi évoqué leurs tentatives infructueuses d’arrêt de tabac et leurs débuts avec la vapoteuse.

 

La vape : une expérience qui surprend plus d’un fumeur

Contrairement aux idées reçues, tous les fumeurs n’ont pas adopté la cigarette électronique dans l’espoir d’arrêter de fumer. 17 % des fumeurs interrogés l’ont essayé, par curiosité, jusqu’à finalement l’adopter. Si, au départ, ces « vapoteurs accidentels » ne comptaient pas se sevrer, il semble que la vapoteuse les ait convaincus. La plupart souhaitaient seulement la tester, d’autres l’avaient reçue en cadeau de leur entourage.

étude

Bien plus qu’une expérience faite par ces fumeurs, la vape leur a permis de réduire leur besoin de fumer. Selon Caitlin Notley, principale auteure de l’étude, ces données démontrent l’efficacité de la vapoteuse dans le sevrage tabagique. Cette dernière reconnaît le potentiel de la vape comme « substitut viable à long terme » pour le tabagisme.

Certains lui reprochent toutefois à l’e-cigarette d’être addictive, notamment par la présence de nicotine dans ses e-liquides. Néanmoins, ne vaut-il pas mieux être tenté par la vapoteuse, beaucoup moins nocive que la cigarette traditionnelle ? Le débat reste ouvert, malgré la présence de l’e-cigarette sur le marché depuis près de 10 ans et les études attestant de son innocuité.

S’il reste à chacun de choisir de se sevrer du tabac, tester la cigarette électronique ne présenterait aucun risque. Au pire, elle ne convainc pas et vous retournez vers le tabac. Au mieux, elle permet de réduire, voire même d’arrêter, votre consommation de tabac.