La vape : un remède contre l’hypertension des fumeurs

Les études scientifiques ont démontré que la cigarette électronique permet de réduire le risque de cancers chez les anciens fumeurs. Désormais, on sait également qu’en adoptant l’e-cigarette, ces derniers réduisent leur tension artérielle. C’est ce que vient de révéler une étude publiée dans la revue Internal and Emergency Medicine.

Alors que la cigarette est un facteur de risque de développer des troubles cardio-vasculaires, la vape apparaît comme moins nocive. Si certains restent sceptiques face à cette alternative, la science semble toutefois appuyer son innocuité. De nombreuses études ont démontré que la fumée produite par la combustion de tabac était à l’origine de nombreux maux. Or, la vapoteuse ne contient ni tabac, ni fumée, uniquement de la vapeur produite par la chauffe de e-liquides.

Les docteurs Farsalinos et Polosa ont ainsi cherché à mettre en évidence le bienfait du recours à la vapoteuse chez des fumeurs. Pour cela, ils ont comparé des fumeurs, des vapoteurs ou des utilisateurs mixtes (cigarette et vapoteuse). Le groupe des vapoteurs était également divisé en 3 sous-groupe, selon la teneur en nicotine de leur e-liquide.

Photo: Vapes.com

Un recul suffisant pour conclure aux bienfaits de la vape

Après seulement 1 an de recherche, l’équipe Polosa-Farsalinos a obtenu des résultats significatifs en faveur de l’adoption de la vapoteuse. En effet, chez des sujets ayant une tension artérielle de base élevée, l’usage de la vapoteuse a permis d’abaisser considérablement cette mesure.

Ces résultats ont d’ailleurs été observés tant chez les doubles consommateurs que les anciens fumeurs adoptant l’e-cigarette. Cette réduction de l’hypertension était d’autant plus importante lorsque les e-liquides étaient fortement concentrés en nicotine. Une nouvelle preuve que les e-liquides contenant de la nicotine sont, malgré la critique, bons pour la santé.

Cette nouvelle étude vient confirmer les résultats d’une étude de Merinoff, publiée en 2007. Celle-ci supposait que ce n’était pas la nicotine qui était nocive pour la santé, mais bien la fumée. Les résultats de Polosa et Farsalinos apparaissent donc comme de nouveaux arguments pour l’e-cigarette comme moyen de sevrage au tabac.