Big Tobacco utilise les réseaux sociaux pour faire sa publicité

L’industrie du tabac touchée par un nouveau scandale ? Cela pourrait en effet être le cas, si l’on en croit les résultats troublants d’une vaste enquête internationale. Celle-ci démontre que les géants du tabac paient des influenceurs pour vanter les mérites de la cigarette. Leur cible privilégiée ? Les jeunes, adeptes des réseaux sociaux.

C’est un article du New York Times qui vient de révéler les pratiques supposées de plusieurs grandes entreprises du tabac. Y est évoquée une étude dirigée par Robert V. Kozinets, professeur de relations publiques à l’université de Californie du Sud. Elle tend donc à prouver que la loi interdisant la publicité pour les cigarettes auprès des mineurs aurait été contournée.

Pour cela, les grands groupes du secteur rémunèrent des influenceurs importants afin de se montrer utilisant leurs produits. En échange, des photos montrant des paquets de cigarettes sont postées régulièrement sur Facebook et Instagram. Particulièrement pernicieuse, cette publicité cachée ne s’accompagne d’ailleurs d’aucune information relative au sponsoring.

reseaux sociaux

De la publicité illégale déguisée ?

Financée par l’association Campaign for Tobacoo-Free Kids, l’enquête a montré l’existence de telles pratiques dans dix pays. Des influenceurs ont également reconnu anonymement avoir été payés par des marques comme Lucky Strike pour des posts valorisant la cigarette. Certains ont reçu 200 euros par mois pour publier des photos relayées par des hashtags mentionnant des marques.

Pour M. Kozinets, il s’agit d’un système organisé visant à contourner la réglementation interdisant la publicité touchant les mineurs. Le groupe Campaign for Tobacco-Free Kids a d’ailleurs décidé de créer une pétition pour mettre fin à ces pratiques. Les géants du secteur sont accusés de publicité illégale déguisée via les réseaux sociaux.

La seule réaction des sociétés mises en cause est pour l’instant le déni. Philip Morris International, British American Tobacco, JT International et Imperial Brands ont balayé les accusations. Ces différentes sociétés disent ne jamais avoir payé d’influenceurs pour des publications favorables. Mais faut-il vraiment croire Big Tobacco ?

Victoria

Victoria est une amatrice passionnée de vape depuis les premiers mods mécaniques. Elle apporte à BlogVape son expertise juridique sur la vape en France et ailleurs.