Big Tobacco s’intéresse (encore et toujours) à la vape

Les géants du tabac commencent à s’interroger sur l’avenir de la cigarette traditionnelle. Tous les indicateurs semblent indiquer que les dispositifs de vape vont supplanter le tabac dans les années à venir. Les grands cigarettiers s’apprêtent à faire leur conversion.

Actuellement, le marché du tabac représente la somme colossale de 470 milliards d’euros dans le monde, mais les pronostics concernant l’évolution du marché de la cigarette à combustion sont plutôt pessimistes. Autrefois valeur sûre en bourse, le tabac essuie des revers sur les marchés internationaux. Les investisseurs commencent donc à se désintéresser de cette industrie si controversée.

D’ailleurs, la présidente de Philip Morris France, Jeanne Pollès est persuadée que la vape est l’avenir. La firme s’apprête à engager une mutation importante pour s’inscrire dans une démarche « zéro tabac ». Pourtant à l’heure actuelle, le marché de la vape ne fait pas le poids vis-à-vis du tabac. Dans le monde, un milliard d’individu fument régulièrement alors que seulement 36 millions de personnes ont pris la décision de vapoter.

Credit: ecigclick.co.uk

Le marché de la vape en pleine expansion

Même si le tabac reste prédominant dans le monde, les dispositifs de vape commencent à gagner du terrain et les grands fabricants de tabac investissent massivement dans ce nouveau marché si prometteur. Altria (anciennement Philip Morris) a acheté 35% des parts de la Juul pour le montant pharaonique de 12,8 milliards de dollars. 300 chercheurs ont été embauchés pour participer à l’élaboration de nouveaux produits et 4,5 milliards de dollars ont été investis dans le secteur de la recherche et du développement.

Le produit-phare de Philip Morris est la Iqos. Ce dispositif de vape a été conçu de manière à donner les mêmes sensations qu’une cigarette à combustion. Toutefois Jeanne Pollès reste circonspecte. Elle ne clame pas l’absence d’effets secondaires de la e-cigarette tout en reconnaissant qu’elles contiennent nettement moins de molécules dangereuses que les cigarettes classiques.

British American Tobacco estime qu’à l’horizon 2030, le vapotage représentera environ 30% de son chiffre d’affaires. Ce géant du tabac a d’ailleurs déjà consacré 2,5 milliards de dollars pour lancer la Vype, qui rencontre pourtant un succès mitigé suivant les pays.