Pollution des mégots : l’Allemagne met la pression sur les fabricants

Alors qu’en France, les industriels du tabac ne parviennent pas à proposer de solutions concrètes pour lutter contre la pollution des déchets de cigarettes, un dialogue constructif s’est établi entre les pouvoirs publics allemands et les cigarettiers.

Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que les produits du tabac fassent l’objet d’une traçabilité draconienne. Le but est de respecter le projet de Directive de la Commission européenne. Dès 2021, l’ensemble de l’Union européenne devra en effet soumettre l’utilisation des produits en plastique à usage unique à des critères drastiques. La comission souhaite ainsi réduire leur impact sur l’environnement. C’est notamment le cas des filtres à cigarettes, qui sont conçus à partir d’acétate de cellulose.

Le Parti social-démocrate allemand rejoint en tout point la position de Brune Poirson, ministre de la Transition écologique et solidaire, qui souhaite mettre en place une double responsabilité. Autrement dit, celle du consommateur mais aussi du fabricant de cigarettes.

déchets

Une source importante de pollution

Le Parlement européen et le Conseil des États-membre se sont réunis mercredi 19 décembre 2018, à Bruxelles. Après toute une nuit de discussion, un accord a été trouvé. Il devrait conduire à l’adoption d’un texte de Directive en ce début d’année 2019, pour une entrée en vigueur d’ici deux ans.

S’agissant des filtres à cigarettes, les industriels du tabac auront un rôle à jouer dans le cadre du principe pollueur-payeur. C’est notamment à eux qu’incombera la prise en charge des coûts de collecte et de recyclage de ces déchets.

Lorsque l’on sait qu’ils peuvent mettre jusqu’à 15 ans pour se dégrader ou encore qu’ils représentent 30 à 40 % de la totalité des détritus ramassés annuellement le long du littoral et dans les rues, il apparaît indispensable de prendre des mesures. De ce fait, la Directive européenne vise une réduction de consommation des filtres de cigarettes de 50 % pour 2025. Elle devrait atteindre 80 % d’ici 2030.

En attendant, une réelle prise de conscience est en train de s’opérer grâce à des campagnes de sensibilisation menées en Allemagne, comme un peu partout en Europe. Entre la distribution de cendriers de poche à la plage et dans les stations de ski, les messages choc imprimés sur les paquets de cigarettes, le renforcement des sanctions envers les fumeurs qui abandonnaient jusqu’à présent leur mégot en toute impunité, les gestes éco-responsables deviennent légion.