80 millions d’euros d’aide pour les buralistes français

Les bureaux de tabac sont confrontés depuis quelques années à une réduction importante de leur chiffre d’affaires. 2018 a été une année particulièrement difficile pour les gérants. En moyenne, chaque boutique a connu une diminution de 9,32% des ventes de tabac soit 40,23 milliards de cigarettes. Pour essayer de soutenir les débitants, le gouvernement a mis en place le « plan de transformation ».

En France, 24.500 buralistes résistent encore malgré les hausses successives du tabac? Cependant, en 15 ans, 8 000 débits de tabac ont dû mettre la clef sous la porte. Pour éradiquer ce phénomène, le « plan de transformation » va consacrer 80 millions d’euros pour aider les gérants. L’intérêt de cette subvention est de permettre aux différents points de vente de développer des activités commerciales annexes.

Aujourd’hui, 60 à 80% des revenus d’un buraliste proviennent de la vente de tabac. Grâce à cette enveloppe de 80 millions d’euros, le gouvernement souhaite que les gérants proposent de nouveaux produits et services aux clients. Une somme maximale de 33 000 euros par point de vente pourra être allouée pour réaliser des travaux ou pour acquérir du matériel nouveau. La subvention est plafonnée à 40% de l’investissement.

buralistes tabac tobacconists

Se diversifier pour survivre

Pour les buralistes, l’une des options est de développer la vente de dispositifs de vape. Ce marché a longtemps été ignoré par les bureaux de tabac et des magasins spécialisés ont réussi à capter la majorité de la clientèle. Aujourd’hui, les e-cigarettes ont toujours le vent en poupe et les prédictions s’orientent vers un accroissement de la demande des consommateurs en 2019. Pour se démarquer de la concurrence, il est impératif que les gérants de débit de tabac offrent des services supplémentaires.

Aujourd’hui, les bureaux de tabac détiennent le monopole de la vente des tickets de loterie et la Confédération des buralistes est en train de renégocier avec la Française des jeux. Leur commission devrait passer de 1,8 % à 2,25 % pour augmenter leur bénéfice sur les jeux de hasard.

Grâce à la subvention de l’État, d’autres options s’ouvrent aux gérants de bureaux de tabac. Certains magasins peuvent proposer à la vente des produits régionaux ou encore développer des services de conciergerie ou de relais-colis.