Le rapport du SCHEER joue sur les mots et les données pour discréditer la vape

 Le rapport du SCHEER joue sur les mots et les données pour discréditer la vape

Les conclusions du SCHEER (the Scientific Committee on Health, Environmental and Emerging Risks) ont été publiées le 30 avril dernier. Ce rapport exclusivement écrit en anglais n’est pas sans rappeler les publications rédigées par les autorités sanitaires aux Etats-Unis. En effet, entre omissions ciblées, manque de clarté, arguments non fondés, objectivité toute relative, ce document s’avère être un plaidoyer ouvertement dirigé contre le vapotage.

scheer

A la lecture de ce rapport, il semblerait que le groupe d’experts en charge de ce dossier ait délibérément choisi de discréditer la vape. Les conséquences pourraient graves pour les vapoteurs alors que dans quelques mois la Commission Européenne va bientôt statuer sur la législation des produits de vape et du tabac en Europe. Cette directive appelée Tobacco Products Directive (TPD) s’appuie sur les analyses de scientifiques et d’experts dans le domaine pour légiférer. Aussi, les conclusions du SCHEER étaient très attendues à la fois des fabricants de tabac mais également des professionnels de la vape.

 

Un rapport truffé d’incohérences, d’oublis et de contrevérités

Les produits de vapotage ont suscité de la méfiance dès leur commercialisation il y a un peu plus de 10 ans. Depuis cette date, de nombreuses études indépendantes ont montré que la vape est moins nocive que la cigarette. Or, dans le rapport écrit par SCHEER, le vapotage est complètement diabolisé.

Tout d’accord, ce document revient sur l’effet passerelle. Cette théorie avancée par de nombreux anti-vapes soutient que la vape accroit le risque de fumer. Cette hypothèse a été démentie par une multitude d’études. Or, SCHEER soutient qu’il existe des preuves modérées que les e-cigarettes constituent une porte d’entrée au tabac.

Concernant la dangerosité de produits de vape, le rapport indique à nouveau qu’un poids de preuve faible à modéré suggère que le risque de contracter un cancer des voies respiratoires n’est pas nul. Or, contrairement à ce que laisse penser SCHEER, il n’existe pas de preuves d’un effet probant de la vape sur le système pulmonaire. De plus, le document est également revenu sur les rares accidents survenus lors de l’utilisation de dispositifs de vapotage. Or, les enquêtes ont montré que ces problèmes (peu nombreux mais très médiatisés) étaient liés à une mauvaise manipulation ou à la présence de produits de contrebande.

Pauline

Pauline est connue à BlogVape pour son palais. Amatrice d'e-liquides rares et pro du marché, elle vape avant-tout pour les saveurs.

Copy link
Powered by Social Snap