Comment contrecarrer les fake news anti-vape ?

Des rumeurs circulent constamment sur les dangers de la vape. Il arrive que ces fausses informations proviennent de personnes mal documentées. Mais parfois, le mensonge est savamment orchestré. L’industrie du tabac, à l’instar de certains grands groupes pharmaceutiques, n’hésite d’ailleurs pas à discréditer les bienfaits des produits de vape comme substitut de la cigarette (mais pas du tabac chauffé). Certains politiciens américains essayent même de faire voter des lois anti-vape en échange de soutiens à leurs campagnes.

L’une des plus importantes de ces « fake news » a fait suite à la parution d’un article dans le New England Journal of Medicine il y a maintenant quelques années. Cette publication fortement relayée par la presse prétendait que la vape contenait une concentration importante en formaldéhyde, une molécule connue pour sa toxicité. Des recherches complémentaires réalisées par d’autres équipes scientifiques indépendantes ont réfuté catégoriquement cette affirmation. Il s’avère que les résistances étaient chauffées… sans liquide.

Cette fake news est pourtant régulièrement propagée par les anti-vapes encore aujourd’hui. Ainsi, dans l’esprit de beaucoup de personnes, la vape est devenus synonymes de danger.

vape

Les vapoteurs sont également souvent interpellés par des opposants à la cigarette électronique. Les détracteurs de la vape sont alors prompts à répéter les discours développés par les défenseurs du tabac. Aux USA, la population tolère même plus facilement la marijuana légalisée qu’un dispositif de vape en public. Pourtant, les preuves de l’intérêt des produits de vape ne manquent pas.

 

Les raisons de choisir la vape plutôt que la cigarette

La vape a fait l’objet de nombreuses recherches menées par des équipes reconnues mondialement pour leur impartialité. Ainsi, des études réalisées à l’Université de Catane en Italie ont montré que la e-cigarette prévient l’apparition de crises d’asthme chez des patients asthmatiques fumeurs.

À Buffalo, le Dr Goniewicz du Roswell Park Comprehensive Cancer Center a mis en évidence que le vapotage était nettement moins nocif que le tabac. Des expériences menées dans différents laboratoires indépendants confirment ces résultats.

Les produits de vape sont également plus efficaces que les substituts nicotiniques pour aider les fumeurs à se sevrer. En effet, les gommes ou les patchs permettent de pallier le manque de nicotine mais la vape est le seul outil de sevrage tabagique qui permet de mimer l’action de griller une cigarette. Or, ce geste répétitif et machinal chez un fumeur est presque aussi addictif que la nicotine.

Jeremie

Jeremie est journaliste vape depuis plus de 5 ans dans la presse papier et en ligne. Toujours à l’affût des tendances, il a déjà testé des centaines de matériels.