La vape est efficace pour le sevrage tabagique

Contrairement à leurs homologues britanniques, les autorités de santé françaises n’ont toujours pas reconnu l’utilité du vapotage. La faute à l’absence d’étude fiable sur l’efficacité réelle ou supposée de la cigarette électronique. La situation pourrait bientôt changer, avec les premiers résultats d’une analyse confirmant les vertus de la vape. L’e-cigarette constituerait ainsi le substitut nicotinique le plus efficace à l’heure actuelle.

vape crivapeLa vape est-elle vraiment efficace pour arrêter de fumer ? Souvent débattue, cette question n’a pas obtenu jusqu’ici de réponse tranchée. Cela pourrait être le cas à présent avec les résultats de la première phase d’un projet scientifique d’ampleur. Le CRIVAPE (Centre de Recherche et d’Innovation pour la Vape) et le CHU de Strasbourg se sont associés pour cela.

Ce partenariat public-privé a permis de lancer une grande étude clinique sur la cigarette électronique. De nombreux spécialistes ont été réunis pour cette initiative. L’objectif est de savoir si la vape est utile pour arrêter de fumer. Les premiers résultats communiqués démontrent que ce mode d’administration comble tout aussi bien les besoins en nicotine qu’une cigarette normale.

vape

Une délivrance très rapide de la nicotine

La pharmacocinétique de la nicotine (son absorption dans l’organisme) est au cœur de l’étude réalisée. Les tests menés montrent que son pic d’absorption survient au bout de 2 minutes. Les autres substituts du marché, comme les gommes et les patchs, ne sont absorbés qu’au bout de 30 minutes. Cette délivrance rapide de la nicotine dans le système nerveux central est très proche d’une cigarette classique.

Ces résultats démontrent deux choses importantes. Premièrement, les ex-fumeurs ont beaucoup plus de chances de ne pas ressentir le manque avec l’e-cigarette qu’avec un patch. Deuxièmement, l’un des arguments récurrents du Big Tobacco est tout simplement faux. La cigarette électronique délivre la nicotine aussi vite qu’une cigarette classique, tout en étant beaucoup moins dangereuse.

Cette phase 1 de l’étude a été conduite de septembre 2017 à juillet 2018. Pour Sébastien Roux, directeur du Crivape, elle montre déjà que le sevrage tabagique grâce au vapotage est possible. Les prochaines étapes du projet sont maintenant très attendues. Un premier pas vers la reconnaissance de la cigarette électronique comme substitut nicotinique incontournable ?