La « vape du cœur » pour lutter contre le tabac en prison

vape du coeur prisonLa mission de « La Vape du Cœur » est de venir en aide aux fumeurs majeurs souhaitant en finir avec le tabac. À l’instar des « restos du cœur », cette association à but non lucratif offre ses services aux plus démunis. Récemment, les détenus, mais également le personnel de la prison, ont pu bénéficier de dispositifs de produits de vape gratuitement. Une opération couronnée de succès.

L’organisation « La vape du Cœur » a été imaginée sur un coup de tête (et de génie !) par Hichem Abdel au début des années 2015. Il est parti du constat que de nombreux vapoteurs ne disposent pas de revenus nécessaires pour se procurer le kit de démarrage de cigarettes électroniques. D’où l’idée de leur offrir gratuitement du matériel de vape et des e-liquides. Hichem Abdel s’est appuyé sur son groupe Facebook dédié à la vape pour récupérer des produits de vape usagés (mais toujours fonctionnels) dans le but de les redistribuer aux plus nécessiteux.

Aujourd’hui, le représentant normand de l’association, Xavier Guyou se félicite d’une nouvelle initiative de l’association en partenariat du Centre hospitalier universitaire de Caen. Grâce à l’aide financière de l’ARS (Agence régionale de santé), deux établissements pénitenciers de Caen ont reçu des produits de vape pour les prisonniers désirant arrêter le tabac.

prison

Une opération réussie qui pourrait être étendue à d’autres prisons

Ancien Fumeur, Xavier Guyou a parfaitement conscience de la difficulté d’arrêter de fumer. Ce routier de profession grillait près de 70 cigarettes par jour. Un déclic s’est produit suite à une réflexion de son fils. Au haut de ses 9 ans, le petit garçon s’inquiétait de la toux matinale de son père. À partir de ce jour, Xavier Guyou a arrêté la cigarette classique pour débuter la vape. En 18 mois, il a réussi à se sevrer de la nicotine.

Le personnel des centres de détention a été encouragé à participer à l’opération, une manière de soutenir les détenus dans leur démarche, mais également d’améliorer l’ambiance au sein de la prison.

Le bilan est positif. Depuis le 15 mai dernier, 193 personnes ont intégré l’ «atelier vape ». Le Dr Van der Schueren du CHU de Caen fera d’ailleurs en novembre une synthèse de l’opération lors du 12e congrès de la Société Francophone de Tabacologie à Montpellier. À l’avenir, d’autres centres pénitenciers pourraient bénéficier du soutien de la « Vape du cœur ».