La FDA poursuit (mal) sa lutte anti-Juul

On connaissait l’ambivalence autour de la vapoteuse, la FDA semble désormais trancher à son encontre. Si cette autorité a toujours fait l’amalgame entre vapotage et tabagisme, celle-ci semble poursuivre ses manoeuvres anti-vapotage. Elle vient ainsi de lancer une compagne pour prévenir cette pratique chez les adolescents. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est nauséabond.

Aux Etats-Unis, le vapotage, renommé Juuling du même nom que la marque Juul, connaît un véritable essor chez les mineurs. Une enquête, réalisée par la FDA en 2017, révèle que 2,1 millions d’étudiants l’avaient testé récemment. De quoi inquiéter ceux qui considèrent, à tort, le vapotage comme voie d’entrée vers le tabagisme.

fda

Une campagne anti-Juul à destination des mineurs

À force de messages via les réseaux sociaux, d’affiches et de publicités en ligne, la FDA espère être entendue par les plus jeunes. Son objectif est de prévenir les jeunes sur les dangers de la vapeur. Notamment de la Juul et ses forts taux de nicotine. Cette campagne, nommée « The Real Cost », vise ainsi à élargir la campagne anti-tabac actuellement en place.

Scott Gottlieb, commissaire à la FDA, s’inquiète de la montée en puissance de l’usage de la cigarette électronique. Selon lui, les études sont trop peu nombreuses à démontrer l’innocuité de la vapoteuse. Si la vapoteuse semble présenter moins de risque que le tabac, le risque est surtout son usage chez des non-fumeurs. La vapoteuse ne serait donc plus seulement un moyen de sevrage mais une potentielle voie vers le tabagisme. Même si les études démontrent le contraire.

Attention, c’est totalement exagéré et ferait presque penser que la vape est une drogue dure :

Au-delà de cette campagne, la FDA garde un œil sur les détaillants de produits de vape. Cette autorité de santé attend une totale transparence sur leur distribution et le respect de l’interdiction de vente chez les mineurs.

Si la FDA reconnaît l’utilité de ce dispositif pour arrêter le tabagisme, elle tente de limiter la création d’une génération de fumeurs. En devenant dépendants à la nicotine, par le biais de la vape, les mineurs pourraient être tentés de fumer. Cet argumentaire démontre, une fois de plus, que le débat autour de la vape est loin d’être scellé.